PRIX DU PETROLE

Les marchés physiques
La formation des prix

Les prix de référence
Historique des prix
Information sur les prix
Les taxes et les prix de quelques produits du pétrole

La détermination d'un cours de référence international pour les prix du pétrole brut est complexe car il n'existe pas un seul type de brut mais autant de bruts que de gisements, chacun possédant des caractéristiques différentes (voir la page qualité). De plus, il n'existe pas un marché au comptant pour chaque type de brut mais sept principaux marchés physiques qui reflètent chacun les prix de plusieurs bruts.

Les marchés physiques

Le marché de Rotterdam est le plus important, il traite des pétroles bruts et des produits du pétrole.

Le marché méditerranéen traite des bruts d'origine russe, libyenne ou iranienne. Les qualités y sont hétérogènes (aussi bien des doux que des sulfurés, des légers que des lourds).

Le marché du Golfe du Moyen-Orient traite essentiellement des bruts de la République d'Oman et des Emirats Arabes Unis. Les bruts d'Arabie Saoudite sont peu vendus sur ce marché physique.

Le marché d'Extrème Orient importe la majorité de ses bruts depuis le Moyen Orient. Il traite de manière limitée les exportations de bruts d'origine malaysienne et indonésienne.

Le marché des Etats-Unis traite la grande majorité des pétroles produits aux Etat-Unis dont le West Texas Intermediate (WTI), l'Atlantic North Slope (ANS) et quelques origines d'Amérique latine.

Le marché de la Mer du Nord est composé des origines de la Norvège et du Royaume-Uni presque exclusivement, dont le Brent est le plus traité.

Le marché d'Afrique de l'Ouest traite une partie de ses exportations pour les bruts du Nigeria (Forcados et Bonny Light) et de l'Angola bien que la majorité des bruts d'origine africaine sont négociée en référence à certains contrats à terme.

Les produits du pétrole sont traités en tout premier lieu sur le marché de Rotterdam. Néanmoins, plusieurs marchés régionaux sont également importants : le marché de Singapour, celui du Golfe Persique, celui de la zone Méditerranéenne et celui du Golfe du Mexique. La position géographique de ces marchés est à mettre en relation avec les capacités de raffinage de ces zones (soit à contrario une faible capacité et donc pas de marché pour l'Afrique par exemple).

Depuis les années 1970 et la nationalisation des moyens de production de pétrole brut, la vente de brut s'opère soit d'Etat à Etat, soit par contrat d'Etat à société pétrolière, soit d'Etat à négociant qui revendent le pétrole sur les marchés mondiaux. Ces stratégies de commercialisation font le plus souvent références à des formules de prix basées sur les cours internationaux. Depuis le milieu des années 1990, les prix des marchés physiques qui servaient de référence, sont de plus en plus remplacés par les cours négociés sur les marchés à terme.

 

La formation des prix

Depuis la fin des années 1980, les prix indiqués dans les contrats commerciaux du pétrole brut sont généralement déterminés par un formule spécifique au brut vendu, formule basée sur un ou plusieurs cours de référence. Par exemple, une formule simple pour obtenir le prix d'un brut X pourrait être la suivante :

Prix brut X = Prix brut référence + Différentiel

Le différentiel ou facteur d'ajustement dépend de plusieurs variables, différence de qualité, différence de possibilités au raffinage et différence de coût du transport*.

La formule utilisée pour calculer le prix du brut X est donc déterminée par quatre facteurs :
- le point de vente (qui influe sur le coût du transport),
- le choix du prix de référence (ce choix est souvent dicté par la destination et la qualité du brut vendu : un brut léger et doux à destination de l'Europe aura comme prix de référence le Brent, à destination des Etats-Unis la référence sera le West Texas Intermediate),
- un facteur temps qui renvoie à l'intervalle de temps entre la date de chargement et la date où le prix est définitivement fixé,
- un ajustement correspondant à la différence de qualité et de lieu de livraison par rapport au brut de référence.

Quelques exemples de formules de prix :

Pays/brut
Vente
Référence
Date de fixation du prix
Facteur d'ajustement
avril,   mars,   fév
Vente pour l'Europe/
Nigeria Bonny Light
FAB
Brent
+ 5 jours
+0.43 +0.45 +0.68
Vente pour les Etats-Unis/
Saudi Arabia Light Crude
Golfe US
WTI
Livraison (moyenne de 5 jours)
-1.90 -1.90 -2.15
Vente pour les Etats-Unis/
Mexico Isthmus crude
FAB
(0.6x(WTS+LLS)/2)+
(0.4x(ANS+DB)/2)
0
-1.10 -1.20 -1.20

Source : Price Risk Management in the Fuels Sector, a manual, Secrétariat CNUCED, UNCTAD/COM/Misc.100

Le prix du Nigeria Bonny Light à destination de l'Europe sera un prix FAB fixé 5 jours après le chargement et égal au prix du Brent modifié du facteur d'ajustement en fonction du mois pendant lequel a lieu le chargement (février, mars ou avril).

Le prix du brut Saudi Arabia Light sera un prix CAF fixé à la livraison en prenant la moyenne des prix du WTI sur 5 jours au moment de la livraison. Le prix ainsi obtenu sera modifié par le facteur d'ajustement en fonction du mois de livraison.

Le prix du brut Mexico Isthmus sera un prix FAB fixé au moment du chargement en pondérant la moyenne des prix du West Texas Sour et du Light Louisiana Sweet de 60% et la moyenne du Alaskan North Slope et du Dated Brent de 40%. Ce prix sera ajusté en fonction du mois de chargement.

 

Les prix de référence

Les prix de référence sont traditionelllement dérivés des marchés physiques. De plus en plus ils tendent aujourd'hui à intégrer les cours côtés par les marchés à terme.

La collecte des prix.

Les prix au comptant sont collectés puis rapportés par des agences spécialisées qui interrogent les courtiers et les différents acteurs du marché. Il n'y a pas d'autres moyens d'obtenir une telle information pour du pétrole non coté sur un marché à terme comme le Dubaï par exemple. Les principaux bruts de référence sur le marché physique sont le "Dated Brent", le "West Texas Intermediate Cushing" et le "Dubaï", mais il en existe d'autres, l'"Urals", le "Tapis", l'"Alaska North Slope", l'"Oman", etc.
Plusieurs sociétés sont spécialisées dans la dissémination de prix récoltés sur les marchés et d'indices. Parmi les plus connues : Platt's et Petroleum Argus.

Les bruts internationaux de référence .

Le prix du Brent est généralement la référence mondiale bien que les volumes échangés soient bien en-dessous de ceux du Saudi Arabian par exemple. D'après l'International Petroleum Exchange, le prix du Brent est utilisé pour fixer le prix des deux tiers des pétroles bruts vendus mondialement. Cet usage serait modifié d'ici à 2003 du fait de l'épuisement progressif du gisement (380000 barils/jour en 2002). En effet, la société Platts qui fournit le prix de ce pétrole sur le marché physique a décidé de changer l'assiette sous-tendant ses calculs. Il faudra désormais probablement parler du BFO, ou Brent Forties Oserberg. Ces trois gisements totalisent une production d'environ deux millions de barils par jour.

Dans le Golfe Persique, le brut Dubaï est utilisé comme référence pour fixer le prix de vente d'autres bruts de la région à destination de l'Asie. Ceci est dû au fait que le Dubaï est l'un des rares brut vendu dans le Golfe Persique qui soit vendu au comptant et au "détail" alors que bon nombre d'autres bruts sont liés par des contrats de vente à long terme.

Aux Etats-Unis, le brut servant de référence pour les transactions est le West Texas Intermediate. Cependant, les prix cotés au New York Mercantile Exchange font aussi référence à un brut "fictif" qualifié de "light sweet crude" qui peut être n'importe quel brut américain ou étranger qui répond aux caractéristiques d'un brut léger et doux (voire qualité).

Le panier OPEP est un prix de référence calculé par l'OPEP à partir de sept prix de bruts produits par ses membres : Arab Light d'Arabie Saoudite, Dubaï des Emirats Arabes Unis, Bonny Light du Nigéria, Saharan Blend d'Algérie, Minas d'Indonésie, Tia Juana Light du Vénézuela et Isthmus du Mexique.
Lorsque l'OPEP publie ses objectifs en terme de prix, elle fait référence à ce panier.

Néanmoins, la corrélation entre ces différents prix est très forte et l'écart entre le prix du Brent, celui du WTI et le panier OPEP n'excèdent généralement pas quelques pour cent.

Les cotations sur les marchés à terme

Depuis le début des années 1980, et après plusieurs tentatives infructueuses, les contrats à terme sur le pétrole se sont développés, à tel point qu'aujourd'hui les prix de ces contrats sont très souvent utilisés en référence (les volumes de pétrole brut traités par des contrats à terme a dépassé le volume de la production mondiale).

Plusieurs marchés organisés offrent des outils de gestion du risque de prix (contrats à terme et options) :

- le New York Mercantile Exchange (NYMEX) propose deux contrats à terme et deux options sur ces contrats. L'un sur le Brent blend et l'autre sur un brut d'origine américaine avec une faible teneur en soufre et un degré API compris entre 37° et 42° (brut léger et doux), livrable à Cushing Oklahoma (typiquement le WTI).

- l'International Petroleum Exchange (IPE) de Londres propose un contrat à terme et une option sur le Brent.

-le Singapore Mercantile Exchange propose un contrat à terme (site semble temporairement hors service).

Outre les marchés à terme mentionnés ci-dessus, un certains nombre d'initiatives ont abouti au développement de bourses électroniques attirant un volume d'échange de plus en plus important.

Une bourse électronique qui a récemment pris beaucoup d'importance sur le marché mondial du pétrole est l'Intercontinental Exchange qui fut créée en mars 2000. Cette bourse est financée par de grandes compagnies pétrolières et d'importantes institutions financières. Elle est depuis juin 2001 propriétaire de l'IPE, ce qui lui permet d'offrir une plateforme unique combinant les outils de gestion de risque de l'IPE avec les facilités du portail électronique, ainsi que de proposer également les services de compensation du London Clearing House. Le volume des transactions de cette bourse électronique pour le pétrole brut dépasse aujourd'hui celui du NYMEX et celui de IPE.

 

Historique des prix

Prix nominaux d'une moyenne des prix du Brent FOB UK, du WTI FOB USA Gulf et du DUBAÏ FOB Dubaï 1973 - septembre 2004 (en dollars par baril)

Source : CNUCED, Bulletin mensuel des produits de base

Sur le long terme, depuis 1973, plusieurs événements historiques permettent d'expliquer en partie l'évolution des prix. Le 5 octobre 1973 marque le début de la guerre du Yom Kippour entre la Syrie, l'Egypte et Israël. Les pays du moyen orient producteurs de pétrole réduisent leurs productions, le prix de référence de l'époque (Saudi Arab Light) passe de 2,59 dollars américains/baril à 11,65 dollars américains/baril de septembre 73 à mars 74 (fin de l'embargo). Ce choc pétrolier entraîna une crise économique globale au cours des années 1970. Les prix élevés entraînèrent une réduction de la demande (du fait de la mise en place de politiques d'économie d'énergie notamment) et surtout le début de l'exploitation de nouveaux champs pétrolifères. L'OPEP qui détenait 50% des parts de marché en 1974, n'en détenait plus que 47% en 1979.

La révolution iranienne puis la guerre entre l'Iran et l'Iraq furent des évènements influençant fortement la hausse vertigineuse des prix du pétrole du fait de la réduction considérable des exportations de ces pays : de 14 dollars américains/baril en 1978 à 35 dollars américains/baril en 1981.

Ces prix élevés permirent à la production hors moyen orient de progresser ainsi que de réduire la consommation du fait de politiques de lutte contre le gaspillage d'énergie (meilleure isolation des maisons, procédés industriels moins coûteux en énergie et parc automobile se augmentant plus lentement). La demande connut un maximum en 1979 pour diminuer ensuite, et il apparut alors clairement aux pays de l'OPEP qu'ils devaient réduire leur production s'ils souhaitaient maintenir le niveau des prix. Durant la première moitié des années 1980, l'OPEP réduisit sa production d'un tiers en volume avec pour conséquence des parts de marché réduits à 30% du marché mondial, sans pour autant enrayer véritablement la diminution des prix. En réponse aux cavaliers libres et aux difficultés éprouvées par certains membres à respecter leurs quotas, l'Arabie Saoudite qui avait été le principal acteur dans la réduction de la production OPEP, décida de doubler sa production en 1986.

Les prix s'effondrèrent en 1987. Ces bas prix stimulèrent la consommation et ralentirent la production hors moyen orient où les coûts d'exploitations sont plus élevés (cas de l'extraction offshore par exemple).

Les conflits entre le Koweït et l'Iraq en 1990 annulèrent l'offre de pétrole de ces pays qui fut compensée par l'Arabie Saoudite et le Vénézuela pour la majorité, le reste des pays de l'OPEP comblant le manque à produire.

Les prix en déclin depuis le début des années 1990 ne remontèrent qu'à partir du boom économique aux Etats-Unis et en Asie au milieu des années 1990.

La crise financière asiatique mit un terme brutal à l'embellie des prix à partir de 1997.
Le déclin des prix s'accentua jusqu'en février 1999 pour atteindre 10 dollars américains/baril. Puis à partir de mars 99, à la suite d'un accord de réduction de la production des pays de l'OPEP mais aussi d'Oman, de la Fédération de Russie, de Mexico et de la Norvège, les prix n'ont cessé d'augmenter jusqu'à atteindre plus de 30 dollars américains/baril un an plus tard. L'OPEP décida alors d'augmenter la production avec comme objectif de stabiliser les prix entre 20 et 25 dollars américains/baril. Les prix redescendirent à nouveau à partir de décembre 2000 pour se stabiliser autour de 28 dollars américains.

A la suite des attentats du 11 septembre 2001 une légère hausse a eu lieu, mais très rapidement, du fait d'une baisse de la demande en fuel d'aviation et des perspectives de stagnation de la croissance économique qui prévalaient jusqu'alors, les cours ont à nouveau plongé et l'OPEP a décidé de réduire sa production à partir de janvier 2002 à condition que les pays hors de l'OPEP contribuent également à cette réduction.

Depuis le début des années 2000, le cours du pétrole a connu un niveau historique très élevé. En effet, selon une étude menée par l'Agence internationale de l'énergie, la moyenne des prix du Brent a été de 20$ environ sur la période 1985-2000 alors que depuis 2000, celle-ci est de 29$.". 2004 est en cela un exemple très parlant. En effet au cours de cette année, le marché du Brent a été très tendu et les prix ont augmenté de manière très forte (la plus forte progression enregistrée depuis le début des années 1980). Cette hausse s'explique notamment par le dynamisme de l'économie chinoise et l'émergence de pays nouvellement industrialisés qui tendent à augmenter leur consommation d'énergie ainsi que par l'amélioration des conditions économiques dans certaines régions du monde et en particulier aux États-Unis (qui se retrouvent de ce fait devoir faire face à une certaine tension au niveau des stocks de réserve nationaux). Les sous-jacents ne suffisent cependant pas à expliquer le développement des cours du pétrole en 2003-2004 qui ont également été fortement influencés par des suréactions spéculatives en relation avec les perturbations potentielles au niveau de l'offre de par les évènements en Irak et au Proche-Orient d'une part, et la crise institutionnelle prévalent en Russie et au Vénézuela d'autre part. Pour faire face à cette situation, l'OPEP a décidé de remettre la baisse prévue de ses quotas de production à plus tard et d'intervenir sur le marché afin de limiter, dans la mesure du possible, le maintien de cette situation haussière. Pour ce faire, l'Arabie saoudite, tout d'abord, puis l'OPEP ensuite ont décidé d'élever respectivement leurs quotas de production.

 

Information sur les prix

Les liens ci-dessous permettent d'accéder à une information sur les prix.

Bulletin des prix des produits de base publié par la CNUCED fournit une moyenne mensuelle du prix du pétrole brut moyenne des pétroles Dubaï, U.K. Brent et W. Texas au comptant, f.a.b.

Manuel de statistiques de la CNUCED 2001 en ligne, cette édition en ligne permet de faire des recherches sur les prix par année d'une moyenne entre le Brent, le WTI et le Dubaï.

La Banque Mondiale
La Banque Mondiale fournit (sous format html et acrobat) des données sur les prix. La "pink sheet" de chaque mois contient les données du mois précédent.

Oil Market Report - International Energy Agency, Prices and Refinery Activity (sélectionner le mois souhaité dans la colonne "prices") : fournit une description complète des évolutions des prix et des différentiels des principaux bruts et des produits du pétrole sur les marchés ainsi que les prix à terme (NYMEX et IPE). Une analyse de l'activité de raffinage est également présente avec un détail de ses marges.

WTRG Economics : fournit de nombreuses analyses dont, entre autres, le comportement des pays de l'OPEP et son influence sur les prix, l'évolution des prix de 1943 à nos jours, les prix et leur influence sur l'activité d'extraction, etc. Une partie est également consacrée à l'actualité pétrolière et son analyse.

EIA Energy Information Administration : ce site officiel de l'administration des Etats-Unis est très riche en information tant sur le plan national que sur le plan international : les prix sont disponibles sous deux formes :
1- des tableaux sur les prix au comptant dans la partie Etats-Unis du site, pour une grande variété de bruts différents (incluant des bruts autres qu'américains).
2- des fichiers dans la partie internationale du site avec des données depuis les années 1970.

OPEP : le site de l'OPEP (OPEC en anglais) fournit en ligne l'ensemble de ses communications à la presse ce qui permet de suivre les évolutions des ajustements décidés par cette organisation afin de stabiliser les cours du pétrole.

Platt's et Petroleum Argus : ces agences sont spécialisées dans la production de prix dans le secteur de l'énergie sur les marchés physiques et à terme pour la plupart des produits.

Bloomberg
Bloomberg.com fournit les prix actualisés des contrats à terme sur le pétrole ainsi que des informations de marché.

 

Les taxes et les prix de quelques produits finis

Les trois graphiques ci-dessous donnent une idée de l'importance des taxes appliquées à des produits de consommation courante par rapport à différents coûts et aux prix du pétrole brut. Cependant, il serait illusoire d'approcher les marges de raffinage et de distribution de manière précise grâce aux données ci-dessous. En effet, elles ne prennent pas en compte les différents types de raffineries qui existent (certaines produisant plus de diesel, d'autres plus de Super, etc) et ne considèrent pas les variations de prix du brut entre la date de l'achat du brut et la date de vente des produits après distillation (ici la comparaison entre le prix du brut et le prix du produit se fait sans délai de livraison et de distillation).
De nombreux organismes cherchent à approcher les marges de raffinages afin de prévoir d'éventuels problèmes dans la filière du raffinage. Le site suivant du Gouvernement français compare plusieurs indices de marge brute de raffinage calculés par différents organismes : marge brute (aller dans la page des statistiques).

Parts des prix du brut, marges du raffinage, de la distribution et des taxes dans le prix final du Super (RON 95) pour différents pays, janvier 2002, prix en monnaie nationale par litre


Source : estimation de la CNUCED élaborée d'après des données de Datastream et de l'AIE

Parts des prix du brut, marges du raffinage, de la distribution et des taxes dans le prix final du Diesel pour différents pays, janvier 2002, prix en monnaie nationale par litre


Source : estimation de la CNUCED élaborée d'après des données de Datastream et de l'AIE.

Parts des prix du brut, marges du raffinage, de la distribution et des taxes dans le prix final du fuel domestique pour différents pays, janvier 2002, prix en monnaie nationale pour 1000 litres


Source : estimation de la CNUCED élaborée d'après des données de Datastream et de l'AIE.

* Le brut fab corrspond au brent pour les pays européens, le Arab light pour le Japon et le West Texas Intermediate pour les Etat-Unis et le Canada

** La marge de raffinage et de distribution pour les produits du Japon comprend également les coûts du transport du brut et d'assurance depuis le Moyen Orient.

 

NOTE :

* Différence de coût du transport : deux bruts différents n'ont pas le même coût de transport car à même volume, leur poids est différent et le coût de transport, notamment par voie maritime, est calculé à la tonne alors que le pétrole est vendu en volume (généralement en baril = 159 litres). De plus, le temps de transport de deux bruts distincts diffèrent selon leur origine.

 

     
 
 

   Commenter cet article

Rappel du titre de l'article :

Votre commentaire :

effectuer une recherche par mots clés >>

 

 

inotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.cominotti.com

   

 

Design, développement et rédaction d'inotti.com. Révision : 02 June 2007 .
Copyright © 2003-2006 Emilio Cominotti. Tous droits réservés.

confidentialité et éthique | conditions générales | modalités d'accès | mentions légales | nous recommander